Interaction18 : Résumé de 3 jours de conférence en 8 minutes !
Jean-Christophe Paris 7 mars 2018

Idéalement calé entre le Superbowl et les Jeux d’Hiver, un autre évènement d’envergure mondiale était immanquable : la conférence Interaction 18 ! Chez Akiani, comme vous le savez, on aime le design et le sport. Du coup en ce début d’année, on a vraiment été gâtés.

Cet évènement annuel de la communauté du design d’interaction est organisé par l’association IxDA. Et pour cette première en France, on a eu la chance de mettre un peu la main à la tâche (jetez un oeil au Lyon City Guide) et surtout d’y participer. Un mois après, on n’a toujours pas fini de digérer tout ce qu’on a pu y voir – entendre ou discuter. On vous explique tout ça dans notre résumé de 3 journées (et nuits!) intenses en 8 minutes.

Petit bonus en fin d’article : une liste de ressources, concoctée avec les conférenciers avec qui nous avons pu échanger pendant et après la conférence !

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter les regrets de ceux qui n’ont pas pu assister à Interaction18 🙂

Interaction18 – The event (avec un grand THE)

Pour re-situer un peu le cadre :

  • C’est la quatrième fois depuis 11 ans que cette conférence a lieu en Europe. Our chance, c’est la magnifique ville de Lyon qui a été choisie cette année
  • Le thème de l’édition “Dissolving boundaries. Building connections.” (avouez que déjà là, ça en jette non ?)
  • Interaction, c’est des workshop, un design challenge, et 3 journées de conférences
  • Alan Cooper ouvrait le bal avec la keynote d’ouverture (l’inventeur des personas, rien que ça)
  • En guise d’écrin pour magnifier ce beau programme, la Sucrière (un lieu chargé d’histoire, à la mesure de l’évènement)

La première chose qui nous a frappé, c’est la beauté de l’endroit et des aménagements réalisés par les organisateurs. L’expérience du spectateur était soignée : déco au top, goodies en tout genre, playlists, guidage par les bénévoles sur place, etc. En réussissant des designers de 46 pays différents, la team Interaction18 a réussi à créer quelque chose de très difficile : créer une atmosphère – pour une expérience marquante !

 

 

Chez Akiani, c’était aussi l’occasion de profiter de moments sympas entre collègues des agences de Lyon et Bordeaux. Vous verrez dans la suite que chacun a voulu partager son expérience dans cet article.
On a par exemple :

  • joué au baby foot sur le roof top
  • pris des photos dans une cabine vintage
  • mangé Vegan (et sans gluten, on fait pas les choses à moitié)
  • mangé des gaufres à l’effigie d’un éditeur de logiciel très connu (avec gluten)

Mais on a surtout appris plein de choses, rencontré des pros passionnés et hyper accessibles avec qui discuter de tout ce qui nous occupe au quotidien. Bon, là, on commence à vous écoeurer, alors rentrons dans le vif du sujet !

A défaut de tout vous raconter, on a choisi de vous faire notre sélection. Au global, on propose de vous résumer en quatre mots :
responsabilité, espace, temporalité et diversité.

 

1 – Design et responsabilités

Alan Cooper y est allé fort dans sa keynote intitulée “The Oppenheimer moment”, en nous disant qu’on était tous des Dr Frankenstein en puissance. Effectivement, quand on conçoit un produit, on peut vite se retrouver à créer un monstre. Ce produit peut être utilisé de manière détournée ou  inappropriée. Robert Oppenheimer, physicien, n’avait peut être pas prévu de tuer 70 000 personnes à Hiroshima (chut, laissez nous y croire). Dans ces cas la, il n’y a jamais personne de responsable, ou plutôt tout le monde (oui, oui, toi aussi derrière ton petit ordinateur). Il a pris l’image du Titanic sans Iceberg, il n’y a pas un trou dans la coque, mais des milliers de petits trous.


via GIPHY

Si on veut créer des produits durables, éthiques et responsables, il faut considérer ces aspects tout au long du processus de conception et que chacun se sente responsable.

“It’s not our fault, but it is our responsability !” Alan Cooper – Interaction 18

Chacun peut agir a son niveau. Ne rien faire quand on détecte un potentiel side effect ne doit pas être une option. Même si on croit qu’on n’en a pas le pouvoir, car on a mieux que ça : on a l’agency. C’est à dire la possibilité d’agir et d’intervenir à notre niveau pour boucher un des petits trous du Titanic ! C’est la somme des petits actions qui redressera la proue. Rien d’autre.

Bref, on était déjà un petit peu amoureux en arrivant, mais il faut dire qu’Alan Cooper a su trouver les mots pour nous faire définitivement chavirer nos petits coeurs. Il a parlé de son chat (dédicace à Monkey), de son ranch (qu’il a appelé du nom de son chat), mais surtout d’éthique, de sustainability et d’être un good ancester.

 

2 – Design et espaces

Plusieurs personnes nous ont parlé de design et d’espace physique pendant la conférence, dont Molly Lafferty. Dans sa présentation TV is dead, long live TV! – qu’on a beaucoup appréciée – Molly parle des mutations de l’organisation de nos intérieurs.

Elle donne l’exemple de la conception du Kinect et de la Wii. Microsoft a conçu le Kinect aux Etats Unis, où les salons sont plutôt grands.  Ils nécessitent de l’espace devant la TV pour ne pas casser la photo de belle-maman en gesticulant. Au contraire, on peut utiliser la Wii de Nintendo dans un espace plus restreint (voir assis sur le canapé), ce qui correspond aux petits salons des Japonais.

Fini donc l’organisation classique canapé / table basse / TV et le rendez-vous familial devant l’écran à 19h tapante. Elle nous a parlé de la prise en compte de l’espace physique, mais également de la dynamique des expériences. En rappelant l’importance de prendre en compte les 3 Cs de Levin (2014) : Cohérence, Complémentarité et Continuité dans la conception des expériences multi-supports. Mais il y a également la perspective générationnelle qui est intéressante ! Actuellement nos (grands) parents ont un rapport bien particulier à la TV par leur histoire. A l’autre bout du spectre, les petits d’aujourd’hui – utilisateurs de demain – auront un tout autre rapport aux écrans et à la TV. Cette transition du tout digital vers une prise en compte de l’espace physique nous a inspiré : back to real world.

Dans notre top 5 des conférences, il y a aussi celles de Nicolas Nova et Farai Madzima. Ils ont tous les deux parlé à leur manière de l’importance de l’héritage – technologique et culturel – dans notre manière de concevoir, on vous en dit plus de ce pas !

 

3 – Temporalité / Evolution du design

Nicolas Nova a présenté un historique des interfaces et interactions conçues en France. Il a mis en perspective leur héritage avec nos interactions actuelles. Nous avons adoré passer des machines à tisser des canuts aux cartes électroniques IBM, du minitel rose à internet, ou encore du Nabaztag aux assistants vocaux d’aujourd’hui. Nicolas Nova nous a fait voyager dans le temps. Il nous a démontré l’importance de connaitre le passé pour concevoir le futur. Cette conférence pourrait se résumer en 5 mots :

Step backward to step forward ! – Nicolas Nova, Interaction18

Mais ce n’était pas qu’une simple énumération, car on peut prendre des contraintes techniques du passé comme des pré-requis pour des nouveaux services. Par exemple, il y a quelques année, le débit limité des connections obligeait à considérer des fonctionnalités fonctionnant malgré cette contrainte. Ce paradigme de la faible bande passante (low-bandwith) reste très pertinent à considérer aujourd’hui. Un exemple ? Et bien pensez à la dernière fois que vous êtes arrivés dans un hôtel où vous n’aviez pas de 4G et que vous cherchiez le code de réservation pour faire votre check-in !

4 – Design, diversité et personnalité

De son côté, Farai Madzima, nous a parlé du designer en tant qu’individu dans toute son unicité. Il part du principe que la qualité d’un produit viendrait également des spécificités du designer qui l’a conçu. Comme ce jeune trompettiste qu’il a pris pour exemple, il nous a incité à jouer notre propre son issu du mélange de nos racines sud-africaines et des influences des joueurs de jazz américains. D’ailleurs, Farai a repris les mots exacts que Miles Davis a dit à ce jeune trompettiste pour traduire cela :

Take your sh*t from home
Put that with the sh*t your learned here
That’s gonna be a muthaf*cka – Miles Davis

Ca nous a fait réfléchir sur ce qu’on peut apporter, chacun dans son individualité, dans nos projets de conception. Sa conférence vaut vraiment le coup d’oeil, pour le contenu inspirant, mais également pour la forme.

Et tellement d’autres interventions passionnantes pendant Interaction18

On vous l’a dit, c’est un Redux, donc par définition, on ne peut pas être exhaustif. On peut tout de même vous conseiller des talks très inspirants à revoir :

  • Hayan Zhang, venue présenter des projets initiés par Microsoft dans le domaine du médical. Comment transformer une expérience de soin en expérience ludique ? Hayan et ses équipes ont des réponses !
  • Anab Jain, fondatrice du studio Superflux, venu parler de Speculative Design
  • Belen Palacios puis Emile Hooge qui ont parlé d’initatives de co-design et de co-créativité dans les villes
  • Florent de Grissac, venu partagé son expertise de ludification pour la concertation publique

Drrrrriiiiiiinnnngg fait la cloche : fin des 8 minutes accordées. On espère avoir partagé avec vous notre enthousiasme et vous avoir donné de faire un week-end binge watching Interaction ! Pop corn, maestro !
Toutes les vidéos sont en ligne sur la chaine Vimeo d’Ixda ou en passant par le page du programme de la conference.

 

 

Mais avant de se vous laisser reprendre une activité normale, on n’a pas oublié ce qu’on vous à promis…

 

Tu en veux plus ?

Merci aux speakers qui ont répondu à notre sollicitation de partager leurs livres de chevet ou des projets vraiment chouettes ! Une bonne source d’inspiration en plus :

Speaker References Format
Molly Laferty Designing multi device experiences ecosystem approach – Michal Levin Book
Molly Laferty Putting the Person Back Into Personalization – Elizabeth Churchill Article
Nicolas Nova Bootstraping – Thierry Bardini Book
Nicolas Nova Architectural intelligence, how designers and architects created the digital landscape – Molly Wright Steenson Book
Nicolas Nova Designing Programms – Karl Gerstner Book
Nicolas Nova Grid systems in graphic design – Josef Müller-Brockmann Book
Nicolas Nova Papertonics, Chienpo Project/Initative
Anab Jain Win > < win Project
Anab Jain Speculate This! Manifesto Manifesto
Anab Jain Mitigation of Shock Project
Sjors Timmers “where the action is” – Paul Dourish Book
Thomas Wendt Strategy Without Design: The Silent Efficacy of Indirect Action
– Robert Chia and Robin Holt
Book
Thomas Wendt Drone shadows – James Bridle Project
Belen Palacios Project Oranicity Project
Alan Cooper The inmates are running the asylum : why high tech products drive us crazy and how to restore the sanity – Alan Cooper Book

Et on vous à parlé du community dinner ?

Comme si tout ce dont on vient de parler ne suffisait pas, l’un d’entre nous a eu droit à un super bonus. Pour faire rayonner l’art de la table made in France et prolonger les discussions, des diners avec certains des speakers étaient organisés. Et nous, on a eu droit de partager un excellent repas avec un grand monsieur, Alan Cooper.

Références

Levin, M. (2014). Designing Multi-device Experiences: An Ecosystem Approach to User Experiences Across Devices. O’Reilly Media, Inc.

Jean-Christophe Paris
Jean-Christophe Paris

Spécialisé en Ingénierie des Facteurs Humains, Jean-Christophe a participé à de nombreux projets dans le domaine de la R&D automobile. Il apporte sa double compétence scientifique et technique dans les approches de conception centrée sur l'humain. L'analyse de l'activité et sa modélisation sont ses spécialités.

Votre commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *