Design ethnographique : concevoir depuis le terrain
Axel Johnston 13 octobre 2016

De plus en plus présent dans le jargon de nos métiers, l’adjectif « ethnographique »,  a retenu notre attention. Nouveau mot à la mode, il nous a semblé important de revenir sur cette notion et de rappeler le fondement de la démarche ethnographique pour que chacun puisse y voir plus clair.

Anthropologie, ethnologie, ethnographie

Avant tout, reprenons les définitions de ces 3 termes.

L’anthropologie (anthrôpos, qui signifie « Homme » (au sens générique), et logos, qui signifie parole, discours.)

« L’anthropologie est la branche des sciences qui étudie l’être humain sous tous ses aspects, à la fois physiques (anatomiques, morphologiques, physiologiques, évolutifs, etc.) et culturels (socio-religieux, psychologiques, géographiques, etc.) » – wikipédia/anthropologie

 

L’ethnologie  (ethnos, peuple ou nation, et de logos, traité ou étude)

« L’ethnologie est l’une des sciences humaines et sociales : elle relève de l’anthropologie et est connexe à la sociologie. Son objet est l’étude comparative et explicative de l’ensemble des caractères sociaux et culturels  » – wikipédia/ethnologie

 

L’ethnographie (ethnos, peuple ou nation, et de graphia, description ou dessin)

« L’ethnographie est une méthode en sciences sociales dont l’objet est l’étude descriptive et analytique, sur le terrain, des mœurs et des coutumes de populations déterminées. » – wikipédia/ethnographie

 

 

Selon Claude Levis-Strauss, ces trois éléments proviennent de moments successifs. L’ethnographie est une méthode pour capturer l’organisation d’une société. L’ethnologie est la discipline qui analyse la structure et l’évolution de cette société. Et enfin, l’anthropologie est une méta-analyse et une comparaison des différentes sociétés ethnographiques (sur une même thématique).

Toutes cependant poursuivent un intérêt commun : celui d’aller plus loin dans la compréhension des peuples en se déplaçant jusqu’à eux pour les observer et échanger avec eux, notamment en vivant soit-même cette expérience au travers d’observations participatives par exemple.

vietnam

 

L’arrivée de l’ethnographie dans le design

L’intégration de la composante humaine dans le design est relativement récente. Nous pouvons identifier trois évolutions majeures.

  • La prise en compte des mesures anthropométriques : elle apparaît dans l’industrie à partir de la fin de la seconde guerre mondiale, sous sa dimension anthropométrique c’est-à-dire ce qui concerne les mesures physiques de l’être humain (bras, mains, …).
  • La prise en compte de la psychologie et de la cognition : l’avènement des sciences cognitives dans les années 60 et de l’utilisation des modèles cognitifs en informatique ont amené la création de nouvelles guidelines pour aider les concepteurs à créer de nouveaux produits. C’est également le début des études d’utilisabilité inspirées des expérimentations en psychologie cognitive.
  • La prise en compte de démarches alternatives comme l’ethnographie. Nous devons l’arrivée de ces nouvelles démarches aux entreprises comme Apple, Intel ou encore Nokia, dans les années 90, qui ont commencé à intégrer des anthropologues au sein de leurs projets. Un autre facteur a également été un levier important dans cette transition des études laboratoires aux études terrains : l’émergence et la miniaturisation des technologies mobiles.

C’est ainsi que sont apparues des techniques issues de l’ethnographie dans la conception de produits et services digitaux. Nous avions d’ailleurs illustrer l’importance d’une telle démarche dans un précédent article, expliquant les diversités entre les peuples chinois et français.

La démarche ethnographique en design

Comme nous l’avons évoqué plus haut, les anthropologues et ethnologues travaillent en immersion dans les communautés qu’ils étudient, partagent leur vie pendant de longues périodes. Ils observent, notent, photographient et interrogent. L’ethnographie génère rapidement beaucoup de données, l’objectif n’étant pas d’évaluer sur le moment la pertinence de ces données, mais d’en capter le plus possible pour l’analyse a postériori. Une donnée peut ne pas avoir de sens pour l’observateur à un instant T, mais prendre une perspective totalement différente lorsqu’elle est confrontée à une autre.

N’importe qui peut collecter des données, la complexité réside dans l’analyse objective de ces informations et non pas leur collecte. En effet, le traitement des données doit permettre d’extraire les informations clés de l’étude terrain et leur impact, leur enjeu dans le contexte du projet pour lequel la démarche est réalisée.

Nous espérons qu’avec ces quelques clés de lecture, la démarche ethnographique vous apparaîtra comme une discipline à part entière qui apporte bien plus d’informations qualitatives que quelques entretiens réalisés par téléphone.

 

Disclaimer :  Nous ne sommes pas anthropologues ou ethnologues, nous utilisons quotidiennement les principes de la démarche ethnographique dans nos études.

Axel Johnston
Axel Johnston

Diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure de Cognitique, Axel apporte son expertise en design d'experience utilisateur (UX design, UX research) à nos clients pour les aider à concevoir des produits toujours plus innovants en mettant au centre de la conception les usages futurs.

Votre commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *