Les Journées HE2Net facteurs humains
Yannick Daviaux 16 novembre 2017

Fin septembre dernier se sont tenues les journées HE2Net (Human Engineering & Expertise Network), placées sous le signe de la cognition, des interfaces homme-machine et des facteurs humains en aéronautique. AKIANI était présent lors des conférences de la première journée à l’ENSC de Talence (Ecole Nationale Supérieure de Cognitique). On vous embarque pour vous présenter les dernières avancées dans la discipline !

Intelligence artificielle et assistance pilote

Sylvain Hourlier (Thales Avionics) fut le premier à ouvrir le bal, en proposant une réflexion sur le développement d’une intelligence artificielle (IA) capable d’assister les pilotes. Après avoir décortiqué les échecs rencontrés en terme d’acceptation et de transparence des recommandations des IA actuelles, il semblerait qu’une piste prometteuse consiste en un développement d’une intelligence prenant en compte l’apprentissage auparavant opéré par l’opérateur.

L’IA fournira des recommandations à l’opérateur certes, mais traduira également ces recommandations pour qu’elles soient facilement compréhensibles par l’opérateur. Autrement dit, l’IA utilisera une IA pour apprendre à nous parler !

Modèle Explainable Artificial Intelligence (XAI) de la DARPA

Charge cognitive à bord de l’A400M

L’officier Julien (CEAM – Centre d’Expertise Aérienne Militaire, Armée de l’Air) enchaîna en présentant des travaux de recherche réalisés à bord de l’Airbus A400M, avion de l’Armée de l’Air développé pour répondre conjointement aux contraintes tactiques et logistiques en mission. En couplant un indice de charge cognitive mesurée par pupillométrie (mesure de la dilatation de la pupille) avec des données de communication verbales lors de situations de largage, l’équipe a été capable d’identifier des phases opérationnelles particulièrement délicates. De beaux résultats qui permettront dans le futur d’améliorer la formation des jeunes pilotes et d’optimiser les procédures en cours de mission.

Détection physiologique des niveaux de contrôle cognitif

Brice Miard (CATIE – Centre Aquitain des Technologies de l’Information et Electroniques) et Sami Lini (AKIANI) se sont partagés le troisième exposé. Les travaux mettant en commun leurs compétences s’efforcent de modéliser l’état de contrôle cognitif chez des opérateurs (pilotes), en cherchant à distinguer des différences au moyen de marqueurs psychophysiologiques issus de mesures de l’activité électrodermale (liée à la transpiration), de la fréquence cardiaque et de la pupillométrie. L’analyse des données est encore en cours mais les premiers traitements type machine learning ont produit des résultats encourageants dans la détection et la caractérisation des niveaux de contrôle cognitif.

Pupillométrie et évaluation des problèmes coopérationnels

Vincent Tardan (IRBA – Institut de recherche biomédicale des armées) a ensuite présenté une partie des travaux issus de sa thèse, sur la conscience de la situation d’équipe en environnement collaboratif complexe et à risque. La présentation était centrée sur l’identification des problèmes coopérationnels dans une équipe de sous-mariniers. Des indices de communication verbale du leader d’équipe étaient couplés à des données de pupillométrie pour établir un motif de comportement, discuté au regard des performances globales de l’équipe de sous-mariniers.

Charge mentale et décision tactique

Enfin, Cécilia Aguero accompagnée de Eddie Verstraete (Thales Raytheon) ont discuté de l’agrégation croissante de données contribuant aux décisions tactiques dans le domaine de la Défense. Cette agrégation contribue à l’augmentation de la charge mentale et donc, à la difficulté à prendre la bonne décision tactique. Les deux intervenants ont présenté un prototype développé par leur équipe, basé sur une intelligence artificielle fournissant des indices d’aide à la décision en réalité augmentée, basée sur des algorithmes prédictifs type big data.

Au final ?

Une édition HE2Net particulièrement réussie qui met en avant les grandes tendances actuelles du domaine : le big data et la réalité augmentée seront bien entendu à l’honneur dans les années à venir. Plus surprenant le Human Monitoring prend une place prépondérante pour mener des études toujours plus avancées en situation opérationnelle. Nous ne nous étions pas trompés en proposant nos services de neuroergonomie dès 2013 !

Yannick Daviaux
Yannick Daviaux

Votre commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *