Plutôt pantoufle ou patins à glace ?
Romain Lalanne 19 février 2018

Chapter 3: le patinage artistique !

Tu as aimé notre précédent article sur le curling ? ce qui suit va te plaire.

Poses tes chaussons et mets ton plus beau costume de James Bond pour réussir ta prestation, les Jeux d’hiver ont commencé !

Tu te demandes sûrement comment les patineurs font pour rester en équilibre après avoir réalisé des rotations sur la glace, alors que toi tu es tranquillement avachi sur ton canapé ? T’as de la chance, AKIANI est là pour répondre à tes questions !

                              Vs               

 

 

Un peu de culture générale

« Mais pourquoi mettre des patins et glisser sur de la glace ? »

 

 

A la base, les patins étaient constitués d’os de bœuf et servaient de moyen de locomotion. Petit à petit, le divertissement a pris le dessus sur la fonctionnalité des patins. C’est en 1976, lors des Jeux Olympiques d’Autriche, que « la danse sur glace » est rendue officielle pour une telle compétition.

Le patinage artistique est une discipline où l’athlète doit contrôler la position de sa tête, de son torse et de ses bras et jambes selon des règles codifiées, le tout en mouvement ! Soit une gestion continue de sa posture en conservant un équilibre dynamique.

 

« Fais trois tours sur toi-même et stabilise toi le plus vite possible. Pas si facile que ça et tu ne portes pas de patins à glace ni de costume brillant !»

Posture et équilibre

Pour réaliser cet exploit, toutes les informations sensorielles pour le contrôle de l’équilibre sont fortement sollicitées. C’est le cas notamment des informations visuelles et proprioceptives *. Mais il existe avant tout un rôle majeur de la fonction vestibulaire.

Vestibu quoi ?! Vestibulaire ! Ce terme ne désigne pas une nouvelle sorte de vestiaire olympique, mais le système physiologique dont les capteurs servant à la régulation de l’équilibre dans l’oreille interne.

 

« De quoi ? Mon oreille me permet de rester debout ? »  

Et oui, l’oreille interne contient à la fois l’organe de l’ouïe, mais également un capteur responsable de la perception de la position angulaire de la tête et de son accélération. Certaines études mettent en évidence, avec l’aide de la réalité virtuelle, qu’il est possible d’imiter différentes sortes de perturbations des fonctions vestibulaires et de tester leur intensité en temps réel. Cela permet en particulier de comprendre quelles sont les différences entre les patineurs de haut-niveau, et nous !

 

Capacités visuelles et motrices

Ainsi il a été mis en évidence que les experts de haut niveau en patinage artistique montrent un fonctionnement particulier de leur fonction vestibulaire ayant un impact sur la fonction du système visuel. De fait, ces patineurs experts ont des mouvements oculaires plus actifs, avec une augmentation de la fréquence de clignements des yeux et de la fréquence de fixations du regard. La durée de fixation du regard s’en trouve réduite, ainsi que l’amplitude de déplacement du regard entre deux saccades. Grâce à la synergie entre un système vestibulaire au fonctionnement unique et au système visuel, nos patineurs experts sont alors capables d’exploits !

 

 

Maintenant que tu es un expert sur comment réaliser de parfaites rotations, il ne te reste plus qu’à acheter des os de bœuf (ou des patins à glace) et glisser jusqu’à la patinoire la plus proche pour tenter de battre de nouveaux records…

Peut être qu’un jour tu parviendras à réaliser un triple axel lors d’un programme libre, à la hauteur de l’américaine Mirai Nagasu lors de ces Jeux d’Hiver. Tu peux également t’entraîner pour réussir à égaler Nathan Chen qui a enchaîné six quadruples sauts, une première mondiale dans une telle compétition ! Good luck !

 

* La proprioception : Perception de la position de son corps dans l’espace

 

Romain Lalanne
Romain Lalanne

Votre commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *