Retour sur la table ronde « Quels métiers pour l’ingénieur cogniticien ? »
Marie Jaussein 20 mars 2015

Aujourd’hui c’est d’une première plutôt satisfaisante dont nous voulons vous parler. Mercredi dernier se tenait la table ronde organisée en collaboration avec l’AdCog sur le sujet « quels métiers pour l’ingénieur cogniticien ». Nous avons été très heureux de constater le grand nombre d’élèves présents (et pas seulement de l’ENSC) lors de cet événement, venus écouter les différents intervenants apporter leur point de vue et expérience sur la question. L’événement a même été suivi par nos confrères du Québec, de Paris, Toulouse et bien d’autres ! Ceci rendu possible par une diffusion en direct et en streaming de l’événement.

Cette dynamique positive, complétée par des échanges via le hastag #CogEvent durant toute la table ronde, nous encourage grandement à renouveler l’événement les années suivantes afin d’accompagner les futurs cogniticiens dans la construction de leur projet professionnel.

Le débat a été guidé par cinq questions assez généralistes à propos du thème principal.

L’ingénieur cogniticien en deux mots

Le couteau-suisse a été mentionné car comme lui, l’ingénieur cogniticien est adaptable à beaucoup de situations. Il a la capacité d’intervenir sur des problématiques extrêmement variées grâce à ses compétences pluridisciplinaires. Pour notre intervenant Christophe Ducamp, qui venait représenter le monde industriel, l’ingénieur cogniticien est riche part son double cursus en sciences humaines et en sciences techniques. La particularité de sa formation lui offre une capacité d’échanger avec l’ensemble des corps de métiers qui sont susceptibles de l’entourer.

Akiani-Adcog-13

Qu’est ce qui distingue un ingénieur cogniticien d’un informaticien, d’un ergonome, d’un spécialiste en expérience utilisateur ?

Laurent Mouluquet, représentant des anciens élèves a décrit sa situation de travail quotidienne pour y répondre : « le matin, lorsque j’arrive au bureau, je mets ma casquette d’ergonome et je fais deux-trois tests utilisateur je deviens alors spécialiste en expérience utilisateur et l’après-midi je donne les specs à mon équipe, je suis alors un informaticien. La réponse c’est qu’on est un petit peu de tout ça, sans être des spécialistes de chacune de ces disciplines. […] Par contre, on sait communiquer avec tout le monde.  »

Pour Pierre-Alexandre Favier, représentant ENSC, l’informaticien se concentre sur les performances de la machine alors que l’ergonome s’attachera à la performance de l’humain face à une machine. Le cogniticien, lui, « s’intéressera à la performance du couplage entre les deux (machine – humain) pour en tirer le meilleur ». Le cogniticien à la capacité se construire une représentation globale.

Quel est l’avenir de l’ingénieur cogniticien ?

A cette question, Christophe Ducamp, Laurent Mouluquet et Pierre-Alexandre Favier nous répondent en insistant sur des problématiques sensibles où des vies humaines sont en jeu. Les acteurs des domaines tels que la santé ou la sécurité industrielle se rendent de plus en plus compte de l’importance du facteur humain dans ce type d’enjeux. Il ne faut tout de même pas oublier  que nous arriverons dans un environnement concurrentiel : le métier de cogniticien n’a pas attendu la création de l’école pour exister.

Akiani-Adcog-17

Quelles sont les aspirations d’un ingénieur cogniticien ?

Ce sont bien sûr la représentante des futurs diplômés, Marine Julieron et le représentant des jeunes diplômés, Théo Moulières-Seban, qui ont été sollicités. Idéalement, Marine aimerait avoir un poste qui lui permette à la fois d’exercer son métier de cogniticienne et d’effectuer la veille nécessaire au développement de ses compétences. Théo a des aspirations très liées à son domaine de prédilection : l’aide à la personne. Il préfère se laisser guider par les opportunités qui émergeront dans ce domaine.

Quelles sont les qualités essentielles d’un bon ingénieur cogniticien ?

Ecoute, ouverture d’esprit et adaptabilité ont été les maître-mots. Le cogniticien doit savoir communiquer car il sera confronté à un environnement divesifié. Une bonne capacité d’écoute lui permettra de capter et de comprendre au mieux les besoins de ses interlocuteurs.

A la suite de ces 5 questions très intéressantes qui ont permis d’alimenter le débat, les interrogations des participants présents dans l’amphithéâtre ou via les réseaux sociaux ont été abordées. Certains souhaitaient savoir quels ont été les cours et les compétences donnés par l’école qui ont le plus servis selon les anciens. Des questions ont également été posées à l’auditoire pour que les étudiants puissent s’exprimer sur leur ressenti, leurs craintes concernant le métier de cogniticien.

Ce qu’il faut retenir de cet événement, c’est que l’industrie n’a pas attendu d’ingénieurs cogniticiens pour faire de la cognitique mais que la formation d’ingénieur-cogniticien permet d’apporter des qualités liées à sa transdisciplinarité, à sa capacité à recueillir et exploiter au mieux le besoin des différents acteurs d’un projet. Egalement, l‘adaptabilité du cogniticien lui permettra d’entretenir une communication de qualité dans une équipe à divers profils.

Il n’y a pas de doutes, le cogniticien a encore beaucoup de chemin à parcourir mais preuve à l’appui, il a la chance de pouvoir le choisir ce chemin, et de le façonner à son envie. Il ne reste plus qu’à s’armer d’un peu de courage et de beaucoup de volonté pour intégrer ce beau monde qu’est celui de l’ingénieur cogniticien.

Un grand merci au club Photo pour la couverture photo de l’événement, à l’ENSC pour nous avoir laissé l’organiser dans ses locaux et à l’ADCog pour la collaboration !

 

Crédit Photo cover : « Creative Company Conference 2011 – Sebastiaan ter Burg – Flickr »

Marie Jaussein
Marie Jaussein

Tout au long de son cursus, Marie s’est attachée à
comprendre les mécanismes de la pensée humaine
et artificielle en licence de sciences cognitives puis
à l’Ecole Nationale Supérieure de Cognitique. Elle est
ingénieure Facteurs Humains au sein d’Akiani, sensible
aux problématiques organisationnelles et sécuritaires.

4 Commentaires

Votre commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *