[Vidéo & slides] – Les Dark Patterns
Jean-Christophe Paris 27 janvier 2015

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Utilisabilité 2014 (World Usability Day ou WUD pour les intimes), nous avions répondu à l’invitation de l’antenne bordelaise de l’association FLUPA pour une présentation portant sur les Dark Patterns !

On y parle engagement utilisateur, frustration, pay to skip, ajout automatique au panier, orientation dans la prise de décision et autres stratégies maléfiques utilisées par certains designer pour booster le CA de leurs entreprises.
La vidéo de cette présentation est proposée en fin d’article.

L’expérience utilisateur et sa face sombre

De nos jours, développer un service,  un logiciel, un objet ou fréquemment un mélange de tout cela, c’est concevoir une expérience utilisateur.
Cette expérience, qu’elle soit vécue dans le tunnel d’achat un site e-commerce, qu’elle concerne le parcours utilisateur dans un magasin physique ou lorsque l’on est confronté à toute sorte d’interface homme-système est conditionnée par les choix de conception.

Parmi les choix de conception, on trouve différentes approches que l’on peut qualifier de Dark Patterns. En effet, en utilisant différentes stratégies qui vont à l’encontre de la fluidité de l’expérience utilisateur, certains profitent de certaines faiblesses de l’humain voire dissimulent volontairement des informations dans le but de vous faire consommer plus.

Les Dark Pattern, c’est la face maléfique du design qui vise à exploiter d’une bonne connaissance de l’humain dans le but de duper ses représentations, contraindre ses choix ou encore tromper ses décisions

« Come to the Dark Side we have high conversion rates »

C’est le titre de la présentation que nous avons proposée lors du WUD14, afin de bien insister sur ce côté opportuniste de certains acteurs de la vente en ligne et en magasins. En effet, nous présentons des exemples de Dark Patterns comme un site de réservations de billet d’avions, un célèbre magasin de meuble à monter soi-même ou encore un jeu mobile gratuit très plébiscité l’an dernier dont nous avions déjà parlé. A travers ces exemples nous illustrons des principes bien connus sur lesquels reposent les stratégies.

Ethique et Design

Mais le monde n’est pas binaire et l’art du compromis existe aussi dans le design : les Gray Patterns. Dans certains scénarios, il est tout à fait louable de profiter d’une faiblesse, dans la mesure où l’objectif n’est pas de le faire consommer plus, mais par exemple d’assurer la sécurité de l’utilisateur. Là encore nous présentons plusieurs exemples.

Pour conclure cette présentation, nous ouvrons le débat sur la « responsabilité » d’une équipe qui conçoit un outil ou service quel qu’il soit. A l’image de la charte de déontologie des ergonomes européens, il est légitime de se demander si chaque acteur de la chaîne de conception est en phase avec le respect de l’utilisateur dans les solutions qu’il propose et déploie.

Et vous, avez-vous des questions ? des remarques ?

PS : si vous voulez d’autres exemples, que ce soit sur les techniques maléfiques ou sur les réactions et retours utilisateurs, voyez par exemple ce que l’on trouve sur en matières de DarkPattern sur twitter !

Jean-Christophe Paris
Jean-Christophe Paris

Spécialisé en Ingénierie des Facteurs Humains, Jean-Christophe a participé à de nombreux projets dans le domaine de la R&D automobile. Il apporte sa double compétence scientifique et technique dans les approches de conception centrée sur l’humain. L’analyse de l’activité et sa modélisation sont ses spécialités.

Votre commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *